Un anniversaire fêté en réseaux

Unanniversaire fêté en réseaux

Pour fêter ses 20 ans, l’IFRIA avait convié ses partenaires de la première heure au Stade Rennais, le 24 mai dernier. Quelques invités, qui n’avaient pas pu se déplacer faute de carburant, ont pu suivre l’événement sur Twitter. Les participants ont pu s’exprimer de vive voix lors de la conférence et de la table ronde, mais également adresser des messages aux intervenants grâce au système LiveWall SMS diffusé sur écran. Retour sur les principaux évènements de cette après-midi d’échanges.

Marque employeur

Un atout pour recruter etfidéliser

Créer et faire vivre sa marque employeur, c'est bon pour la notoriété des entreprises qui souhaitent attirer de nouveaux talents. Les explications de Benoit Montet, directeur France du Top Employers Institute.

« Au village, sans prétention,  j'ai mauvaise réputation. Que je me démène ou je reste coi, je pass' pour un je-ne-sais-quoi » chantait Georges Brassens. Et oui ! Une mauvaise réputation, ça colle à la peau, ceci d'autant qu'avec l'essor des réseaux sociaux le monde est devenu un village.

Soigner son image

« Une entreprise dont l'image est détériorée aura plus de mal à recruter. Elle devra renchérir ses salaires. Savez-vous que 84 % des salariés quitteraient leur emploi actuel pour une entreprise bénéficiant d'une bonne réputation ? La moitié des demandeurs d'emploi estiment que la notoriété de l'entreprise est un facteur déterminant au moment de choisir un employeur. » Benoit Montet plante le décor.

L’image de l'entreprise a bien sûr un impact sur les salariés en place et les candidats potentiels, mais au-delà sur les clients, les fournisseurs, les financeurs, les pouvoirs publics… « Aujourd'hui, l'entreprise est représentée par chaque salarié, et pas seulement par les services ressources humaines et communication. Il est donc essentiel, pour les grandes comme pour les petites entreprises, d'ancrer leur marque employeur de façon durable afin d’éviter de se retrouver à la merci de n’importe qui. »

Lire et partager l'ADN de l'entreprise

Benoit Montet livre, aux responsables des ressources humaines présents dans l'assistance, le mode d'emploi pour créer une marque employeur, tout en soulignant que « c'est plus facile à dire qu’à faire » :

  • impliquer la direction générale qui, en toute logique, incarne l'esprit de l'entreprise,
  • définir « l'ADN » de l'entreprise : ses valeurs, son histoire, ses spécificités, ses atouts différenciateurs…
  • intégrer la vision des salariés en réalisant une enquête : pourquoi êtes-vous chez nous ? Qu'est-ce qui vous a attiré ? Qu'est-ce qui vous fait rester ?...
  • consolider et recouper les informations recueillies pour arriver à un consensus. Puis, rédiger une feuille de route, dans laquelle tous les salariés puissent se reconnaître en tant que co-auteurs,
  • être vrai, ne pas tricher. « On ne peut pas parachuter une marque employeur qui ne soit pas en cohérence avec ce que les gens vivent au sein de l’entreprise au risque d'aller à l’échec. »

Les outils pour mettre en ½uvre la marque employeur sont à peu près similaires à ceux de la CRM (gestion de la relation clients). « Vous devez parler à vos salariés comme à des clients. Leur parler à tous, sur tous les supports, en segmentant par population, par âge, par cible… »

Et de conclure : « aujourd'hui le bilan social, la RSE, la marque employeur sont constitutives de la valeur d'une entreprise. Elles renforcent son attractivité, le plaisir et la fierté d’y travailler. »

Benoit Montet, directeur France du Top Employers Institute. Basé aux Pays-Bas, cet institut certifie des « Top Employers » dans le monde entier depuis 1991. Cette reconnaissance aide les entreprises à se distinguer comme employeurs de référence.

Ils ont dit?

Christelle Ageneau, directrice des ressources humaines de la société Hénaff : « les consommateurs sont aussi de puissants acteurs de la marque employeur. Les inconditionnels du pâté Hénaff ont créé une page facebook qu’ils animent eux-mêmes. » (…) « Détecter des talents, c’est l'affaire de tous. Chaque salarié est ambassadeur de l'entreprise auprès de ses proches, dans sa commune, dans les différents réseaux où il est présent. »

Béatrice Bastide, responsable des ressources humaines du Groupe Fleury Michon : « notre marque bénéficie de 98 % de notoriété. Nous travaillons à la consolider par un éventail d’actions : le projet d'entreprise « aider les hommes à manger mieux chaque jour », le développement des modes de travail collaboratifs, la mobilité interne, la plateforme de coworking, les D-Days organisés pour les étudiants, les stages d'observation pour les collégiens, la participation à des salons… »

Florence Dutay, chargée de recrutement chez Sodebo : « notre entreprise a été élue 1er employeur des Pays de Loire et 40ème de France par le magazine Capital. Nous cultivons notre marque employeur en restant dans le respect de l'autre : salariés, étudiants, apprentis, personnes en reconversion, candidats à l'emploi… Nous nous attachons à répondre à toutes les candidatures et à améliorer en permanence les conditions de travail : mise à disposition d’une crèche d'entreprise, de salles de pause… Nous faisons vivre nos valeurs au quotidien et nous partageons des moments forts de convivialité au travers du sponsoring sportif. »

Hervé Gabaud, président de l’IFRIA Bretagne : « la marque employeur, c'est aussi cultiver le dialogue social et s'impliquer dans les organisations paritaires. »

Plan de Développementde l?Apprentissage

Une ambition et des actions

A l'occasion de son 20ème anniversaire, l'IFRIA Bretagne a lancé un Plan triennal de Développement de l'Apprentissage dans les entreprises de la filière alimentaire bretonne.

« L'engagement : voilà le terme qui qualifie le mieux l'IFRIA Bretagne depuis sa création il y a 20 ans. Engagement au profit des jeunes avec plus de 300 apprentis formés par an, engagement au service des entreprises agroalimentaires, engagement pour la Bretagne, dénominateur commun de nos actions » a déclaré Hervé Gabaud, président de l'IFRIA, en annonçant que les 20 prochaines années seraient « toujours placées sous le signe de l'engagement, mais aussi de l'ambition. »

Une voie d’excellence

Première initiative forte : le lancement du plan de développement de l'apprentissage en étroite collaboration avec l'Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires (ABEA) et les partenaires sociaux. « Nous avons prouvé que la formation par alternance est une voie d'excellence pour l’insertion des jeunes dans nos entreprises. Ce modèle doit rayonner. Accélérons le pas face à l'enjeu que représente le renouvellement des compétences, capital pour l’avenir de notre filière. »

Ainsi, dès la rentrée 2016, l'IFRIA Bretagne et l'ABEA proposeront des actions concrètes pour mettre en ½uvre 3 axes stratégiques :

  • mobiliser les entreprises et encourager le recrutement d'apprentis,
  • susciter des vocations et promouvoir les parcours de formation par apprentissage,
  • incarner et entretenir le lien entre les jeunes et les entreprises de la filière alimentaire bretonne.
  • Etre pionnier de l'apprentissage dans la filière alimentaire en Bretagne

 

Vous souhaitez vous associer au Plan de Développement de l’Apprentissage, contactez Marion Durand : mdurand@ifria-bretagne.fr - 06 40 24 60 98.

Le soutien de la Région

Conviée à s’exprimer à la tribune sur l'intérêt de ce plan, Madame Georgette Bréard, vice-présidente du Conseil Régional de Bretagne a assuré l'IFRIA Bretagne et l'ABEA du soutien de la Région. « Nous serons à vos côtés pour mettre en ½uvre et développer ce plan. Ensemble, nous devons continuer à innover dans l'offre de formations, notamment avec des parcours mixtes. Il convient également de développer, par tous les moyens à notre disposition, l'attractivité des métiers de l’agroalimentaire. » Le slogan associé à l’événement « Soyons fiers de nos métiers » reste plus que jamais d’actualité.